Roumanie bien à l’Est !

Publié le par guillaume

(Citadelle Saxone de Viscri)

Ancien pays communiste bien à l’Est de l’Europe, c’est un endroit convenablement montagneux avec une topographie se rapprochant quelque peu des Pyrénées. Point Culminant: le Moldoveanu 2544m.

En Roumanie, la vie n’est pas cher pour nous Européens de l’ouest; la nature y est splendide, une ambiance bizarre flotte en Transylvanie et il y a des Ours.

Membre de l’UE depuis le 1er Janvier 2007, la Roumanie n’en est pas moins farouchement attachée à ses traditions. On y passe maintenant facilement la frontière même si la monnaie unique n’est pas encore en place.

Il n’en fallait pas plus pour me donner envie d’aller visiter la Pays de feu Ceausescu.

 

Septembre 2009: nous voilà donc partis pour la Roumanie.

Après quelques heures de vol, atterrissage à Bucarest (après avoir failli prendre un vol pour Budapest en bon touriste de base). Premier constat: nous sommes bien en climat continental, il fait 37°C en ville et on suffoque !!!

Après une rapide visite de Bucarest en voiture, nous nous rendons vite compte qu'il n’y a franchement pas grand-chose à y voir si ce n'est la mégalomanie de Ceausescu avec son palais du Parlement (2ème plus grand bâtiment au monde, 330.000m², pour lequel il a fait rasé 1/6 de la ville !) alors direction la côte de la Mer Noire. La région de la Dobroudja n’a sincèrement pas grand-chose d’exceptionnelle mis à part  ses 195kms de côte et quelques pépites hors du temps.

Première étape à Venus : un vestige de l’ère communiste regroupant 5 villes construites de toutes pièces dans les années 70: Venus, Neptune, Olimp, Jupiter et Saturn. Vraiment sans charme, avec ses grands hôtels communistes en bord de plage. Les Roumains en sont fans, nous moins!!!  Il faut descendre plus au Sud vers la frontière Bulgare pour découvrir des spots uniques. Les deux villages de Doi May et Vama Vache sont hors du temps. Les rues sont en terre (comme souvent en Roumanie), les plages de sable fin. Mais plus que les paysages, c’est l’ambiance que l’on retient ici. Je n’avais encore jamais vu ça ailleurs! (Plage de Doi may)

C’est un paradis bohème, où se retrouvent les anticonformistes, hippies, artistes et intellectuels de tout poil. Le camping sauvage y est autorisé même sur la plage. Il flotte ici un vent de liberté !!!

 

Après s’être coupés du monde au soleil et les pieds dans l’eau pendant quelques jours, direction illico la Transylvanie et les montagnes des Carpates.

Etape à Brasov, irrésistible ville médiévale saxonne entourée de montagnes et proche de plusieurs stations de skis (Poiana Brasov, Sinaïa, Busteni, Predeal) et du "faux" château de Dracula. La montagne est sauvage et relativement bien préservée. Ici on sent tout de même que la Roumanie est en train de prendre le wagon de l’occidentalisation car les grosses voitures sont légion autant que les belles montres et les filles habillées en marques de la tête aux pieds !

(Brasov)

(Poiana Brasov)

Après quelques jours à arpenter les montagnes et les châteaux du coin dont la palme de la beauté vont à Bran et Rasnov, nous partons vers le Pays Saxon et ses villages de charme qui nous donnent l’impression de ne pas avoir évolué depuis 200 ans: routes en terre, "charettes-mobiles" tirées par des chevaux, Tsiganes en chapeaux, fortification et citadelles veilles de parfois 700 ans. Impressionnant, le temps s'est arrêté ici et ce n’est pas un mal. On replonge vraiment dans l’époque humble du travail de la terre, de la rudesse de la vie et du climat. Les villages de Cincu, Viscri et Biertan sont tous simplement exceptionnels. Et on apprend aussi à regarder les Tsiganes d’un autres œil…

(Chateau de Rasnov)

Arrêt ensuite dans la ville de Sighişoara, avec son vieux centre pavé dans un style vraiment Transylvanien et où l'on s’attend le soir  à voir surgir à tout moment le Conte Vlad Tepe alias Dracula. Mais il ne faut pas oublier qu’au pays de la R12 (qui est une véritable institution en Roumanie, c’est comme si 75% des français roulé en R5 !), le communisme a fait énormément de mal tant aux personnes qu’aux paysages. Et nous nous en rendons compte en traversant la vile de Copsa Mica: cette ancienne ville industrielle d’une saleté repoussante est maintenant jonché de carcasses d’usines noircies et à l’abandon! Elle est probablement assurément la ville la plus laide de Roumanie! Heureusement que le despote du peuple n’a pas régné 20 ans de plus...

Direction Sibiu, dernière ville saxonne de Transylvanie avant de repasser en pays Szekler, en direction des fantastiques mines de sel de Praid sorties tout droit d’un roman de Jules Vernes et des musiciens Szelker.

 

Nous filons ensuite vers les mont Fagaras par la plus haute route du Pays: la transfagarasan (2034m d'altitude). Elle se situe au pied du mont Moldoveanu (2544m), point culminant de la Roumanie et de son lac glaciaire Baléa où règne une atmosphère étrange de doux bout du monde en montagne. A noter ici: un super spot de ski avec une benne style Pic du Midi qui part du pied de la vallée pour vous laisser en haut du col à 2000m avec aucune piste, aucun itinéraire et pas moins de 1500m de dénivelé à manger.  Se trouve également un refuge tout confort à 2050m ouvert toute l’année… Ce qui peut donner des idées pour du gros ski de rando-Freeride !!! En descendant par la route, quelle surprise de tomber sur une femelle Ours avec son petit. L’animal loin d’être farouche nous a fait un spectacle de plus de 15min en se laissant approcher et surtout nourrir…. Un rêve d’enfant se réalise alors pour moi, depuis le temps que je sillonne les Pyrénées, jamais je n’avais vu d’ours sauvage… Là je suis plus que comblé, mieux que dans un Zoo !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remis de nos émotions, nous sortons alors de la Transylvanie pour finir notre séjour à Curtea de Argés afin de visiter certains des monuments  Orthodoxes les plus remarquables de la Roumanie; une fois de plus, c'est époustouflant! Le monastère d’Horezu est splendide, niché au cœur d’un magnifique paysage de montagne. Enfin nous tombons en plein pèlerinage de gitans Orthodoxes afin de ne pas oublier Lourdes !

Voilà le voyage touche à sa fin, retour Bucarest.

La Roumanie est un pays fantastique, les paysages y sont bucoliques, les Tsiganes (peuple persécuté) est vraiment très accueillant et chaleureux et le pourvoir d’achat pour nous autres Français est vraiment très élevé (le demi litre de bière coûte en 0.25 et 0.5€ !!!). Bref un séjour vraiment à effectuer avant que l’occidentalisation vienne uniformiser un pays complexe qui a une identité propre et une âme très forte.

Publié dans Trips-Spots-Balades

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article