Pic du midi : Couloir de la roche noire

Publié le par guillaume

10 Avril 2005. LeGlaude  vient de passer son dernier niveau du BE ski. Il est donc légalement accrédité pour nous accompagner au Pic du Midi. Depuis une semaine, je scrute les couloirs et avec le petit redoux de fin mars, peu d’itinéraires restent encore entièrement praticables. La Sud bien sur est ok ainsi que le couloir de la roche noire. Le jardin botanique est très limite et les itinéraires Nord encore plus.
Notre dévolu sera jeté sur la roche noire avec une grosse équipe : Aurélie, Aurel, Olive, LeGlaude et moi-même. Arrivé au caisse, LeGlaude est aux anges, en tant qu’encadrant il ne paye pas, de plus cette fois-ci; nous avons droit à deux rotations pour le prix d’une. Comme quoi ça sert de traîner par là-haut.
Nous embarquons dans le vaisseau des étoiles. C’est idéal car on passe juste au dessus du couloir avec la benne. L’itinéraire est magnifique, mais on se rend compte que ce n’est pas gagné. Un petit verrou n’est plus enneigé et va être dur à passer. Surtout que l’on n’a pas pensé à prendre un brin de corde.
Arrivé en haut direction l’accès au couloir. Le temps est frais et un peu couvert, mais reste acceptable. Notre « guide »n’a jamais fait le Pic, donc me voilà parti en ouvreur. La neige est excellente pour ce genre de ride.
Le couloir de la roche noire, c’est 500m de dénivelé, pente à 35° soutenue, quelques passages à 40°. Il y a pas mal de neige en haut car la vieille main-courante  fixée dans le rocher de la partie sommitale n’est pas visible.
 
 
 
 
C’est partis 1er pale à 35°, ça cruise un peu mais ça passe alaise. Le soleil lèche le visage, on se sent vraiment en haute montagne. Là ou l’erreur ne fait plus partie du vocabulaire. La chute est omise, surtout dans le haut du couloir qui passe vite à 40°. On sent vraiment une ambiance particulière ici, car on se trouve sur l’itinéraire « bis » des porteurs du pic. A l’époque où les chercheurs n’étaient pas reliés par la benne et passaient tout l’hiver dans l’observatoire. Tout en enchaînant mes virages, je pense à cette période où le Pyrénéisme avait encore un sens, Où descendre le Pic à ski était une aventure extraordinaire.
Tout le monde avance à son rythme, tranquillement. Je sens toute l’équipe baigner entre adrénaline et euphorie.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nous voilà déjà au verrou critique et le constat tombe. On ne pourra pas le passer ski au pied, ni le sauter. Déchaussage oblige. Dans une pente à 40°, en chaussure de ski, c’est vraiment un régal… Non sans difficulté ça finit par passer et tout le monde est soulagé. Du coup, on lâche les watts jusqu’au col des Sencours. Petite pause pour regarder nos traces et c’est reparti pour 800m jusqu’à Super Barèges, dans des pentes agréables et bien enneigées 
L’heure a tourné et la neige avec. Pour notre 2eme rotation, nous choisissons donc sagement la classique Sud, pente à 30° soutenue, quelques passages à 35°. Là toute l’équipe se pose moins de questions. La neige tient bien, donc ça « ouvre » comme on dit dans le coin… Passage à  l'hôtellerie des Laquettes et retour encore une fois au col des Sencours puis même fin d’itinéraire que sur la 1er rotation.
Arrivés en bas, nous nous donnons rendez- vous pour dés que possible pour venir à bout du jardin botanique.
 
 
 
 
La roche noire est vraiment un très beau couloir avec une ambiance haute montagne. Il faut tout de même un minimum reconnaître l’itinéraire et pister les conditions du couloir.
En bonne condition le bonheur vous dégoulinera par les oreilles!
 

Publié dans Trips-Spots-Balades

Commenter cet article