Nouvelle Zélande : l’autre bout du ski

Publié le par guillaume

RIMG0054

Été 2010, il fait trop lourd et pas assez beau, un temps à ne pouvoir rien faire : 30°, pluie et orage. C’est la déprime et l’hiver est encore loin…. Très bien, allons rider ailleurs ! On ne va pas attendre l’hiver, on va aller le chercher !

Nous voilà donc partis pour un périple d’environ 1 mois en Nouvelle Zélande.

Premier constat, c’est très loin. Pas moins de 30 heures d’avion sont nécessaires pour rallier Christchurch, plus grande ville de l’Île du sud. Disons qu’aller plus loin ce n’est pas possible, sinon on commence à faire le tour de la terre et donc à rentrer….

Arrivés en soirée, nous récupérons le camion camping-car, de loin le meilleur moyen pour découvrir ce pays. 1ère nuit sur Christchurch. Nous nous couchons à l’heure où, 2 jours plus tôt, nous nous levions à peine !

Nous passons notre première journée dans la magnifique Banks Peninsula et la baie d’Akaroa pour attendre les skis qu’Emirates à égarer à Dubaï. Il faut dire qu’après un si long voyage et 10 heures de décalages horaires, ce n’est pas plus mal de ne pas skier tout de suite….

 

RIMG0116 

Mt Hutt

Notre 1er jour de ski aura lieu à Mt Hutt, une des rares stations Kiwi à ressembler à une station

européenne à quelques détails prêt. 1er gros détail : la route. En effet, ici les routes sont en général en « plaine ». Très peu de routes en montagne. Dès que l’on sort des voies principales - au demeurant excellentes - pour attaquer la montagne et l’accès aux stations de ski, on se retrouve sur des pistes type forestières sans asphalte ! Du coup, les pneus neiges ne servent à rien et il faut quasiment tout le temps utiliser des chaînes, soit pour la neige, soit pour la boue !!! En tant que bon local avec ses 4 pneus neiges, ça fait bizarre de mettre des chaînes… Mais on s’y fait vite et, au final, c’est plutôt efficace. Arrivés en haut, quelques RM deci delà et un des rares télésièges du pays avec des barres repose-pieds !

 

Niveau domaine skiable, c’est pas mal du tout : un grand bol de 370ha pour 650m de déniv, avec comme très souvent dans le pays des zones freeride/backcountry. Ce sont des espaces non damés bien sûr, plus ou moins jalonnés (mais ce n’est pas toujours le cas), qui sont ouverts ou fermés par les patrouilleurs suivant les conditions niveaulogiques. Et nous avons de la chance car, justement, les conditions sont plutôt pas mal pour un 1er jour de ski depuis 2 mois et demi !!! Il a neigé deux jours plus tôt et peu de monde en a profité. On peut donc se remettre en cannes, dans une poudreuse parfois un peu croûtée sur les zones face sud (et oui tête en bas oblige, les faces à l’ombre sont ici les faces sud) !!! Nous avons un point de vue tout à fait bluffant sur les plaines du Canterbury. On a même la chance d’apercevoir l’Océan Pacifique au loin. Il faut dire qu’en NZ, l’Océan (ou la mer) et la montagne ne sont jamais très loin ! Bref, une première journée qui nous fait aimer d’entrée le ski en terre néo-zélandaise.

 

RIMG0007

nz2

 

Mt Dobson

Nous bougeons ensuite un peu plus au Sud, direction le ski Field du MT Dobson, où apparemment, les conditions sont bonnes. 400ha pour 415m de déniv. On tombe ici déjà dans un autre monde. Après une route non goudronnée de 15kms, on découvre un petit bol gavé de neige avec des gens vraiment super accueillants. Ici, pas de stress, pas de course à la trace. Une fois de plus, on profite de la neige fraîche tombée ces derniers jours. Pour atteindre les zones backcountry, il faut marcher ; ça tombe bien, nous avons pris les peaux. On rayonne donc autour du domaine skiable pour aller chercher des pales bien poudreuses. Sur les crêtes les plus hautes, nous avons le souffle coupé. On aperçoit pour la 1ère fois le Mount Cook, plus haut sommet du pays avec ces 3764m d’altitude et surtout un des 1ers grands lacs du coin. Contraste fantastique entre la plaine vert/brune, les lacs bleus/verts  et les sommets enneigés. Bref un spot super agréable avec, une fois de plus, une vue grandiose.

NZ3

RIMG0001

nz4

Ohau ski Field

Après avoir sillonné la superbe route qui parcourt les plaines du Canterbury et ses innombrables élevages de moutons fort pourvus en laine, longé les lacs Tekapo et Pukaki avec, en prime, vue sur le Mt Cook, nous arrivons au pied du Lac Ohau. Le Ski Field se trouve quelques 10kms plus haut par la route non goudronnée. 400m de déniv pour 125ha. Le spot est superbe avec une vue sur le gigantesque lac. Les peaux permettent une fois de plus d’agrandir le rayon d’action qui est déjà pas mal. Une fois de plus l’accueil est au top et le domaine skiable offre de superbes possibilités de freeride.

nz5

RIMG0018 (2)

Wanaka (Treble Cone et Cordrona)

Nous bougeons ensuite dans une des villes ski de la NZ : Wanaka. Cette ville est assez accueillante et bordée par un autre énorme lac avec vue sur les montagnes du Parc National du Mt Aspiring (3027m). La station de Treble Cone a vraiment un potentiel freeride énorme que nous exploiterons à fond ! Certains noms sont suffisamment évocateurs : Powder Bowl, Gun Barrel, Drop Off…Mais le prix du skipass est le plus élevé de NZ (91 NZ$). Il y a de la pente et du déniv (660m pour 550ha). On démultiplie une fois de plus les possibilités grâce aux peaux. Et après quelques « Waiting périodes », nous réussissons à avoir une bonne session « poudre et ciel bleu » qui nous permet de tracer de jolies signatures avec vue sur le lac Wanaka. Une fois de plus, pas de stress pour faire sa trace ; il faut dire que le domaine est loin d’être blindé et les riders, ici, sont relativement cools et détendus. On t’aborde et te parle beaucoup plus facilement qu’en France, on te demande facilement d’où tu viens et comment tu trouves le spot et le pays en général.

Cordrona ne vaut vraiment pas le coup pour le Freeride.

NZ7

RIMG0007 (4)

RIMG0035

Queenstown (Remarkables et Coronet Peak)

Nous arrivons dans la grande ville ski de Nouvelle Zélande : Queenstown ! Bordée par l’immense lac Wakatipu et entourée de sublimes montagnes, elle a tout de la capitale néo-zélandaise du ski par excellence, tant par sa taille que par sa réputation touristique. On l’appelle même la capitale mondiale de l’aventure. Mais franchement, à moins d’être venu chercher ici la même chose qu’en Europe, Queenstown ne vaut pas vraiment le coup ! Il y a tellement plus beau, plus sauvage et plus authentique. Surtout que Coronet Peak n’est vraiment pas très excitant et que Remarkable l’est à peine plus. Seuls points d’intérêts : les couloirs Elevator, Escalator et Alta Chute pour lesquels il faut marcher un peu ou encore le Homeward run qui sont bien sympas surtout avec la petite poudre à laquelle on a eu droit. Les stations du coin n’ont vraiment pas de quoi faire 30 heures d’avion uniquement pour elles. Nous avons pourtant rencontré des Français qui ont adoré et même un gars venu passer deux mois et demi en NZ en camion et qui est resté presque deux mois à Queenstown ?!!

 nz6

RIMG0004 (2)

 

West Coast

Nous filons ensuite sur La West Coast via le Hasst Past. Le changement de végétation est radical ; on passe des plaines de L’Otago et du Canterbury plutôt sèches et dénuées de végétation à une végétation luxuriante, ultra fournie avec des forêts impénétrables appelées Bush, des fougères de plus de 8m etc. L’arrivée sur la côte est bluffante, nous sommes sur la mer de Tasman. Durant plus de 600kms quasiment pas un seul village, des étendues sauvages de sable sans personne et surtout des côtes granitiques découpées comme les falaises de Quiberon ! Nous allons admirer les Franz Joseph Glacier et Fox Glacier. Ce sont les deux glaciers les plus bas du monde avec à leurs pieds une altitude de 60m et tout ça à moins de 15kms de la côte. Une fois de plus, nous sommes désorientés par la richesse de la nature. Nous retrouvons le Canterbury par l’Arthur Pass pour rentrer dans l’âme du ski Kiwi !

RIMG0025

 

RIMG0035 (2)

RIMG0070

Arthur’s Pass (Temple Bassin, Broken river, Craigiburn, Mt Chessman, Mt Olympus et Porters)

Ici c’est un autre monde ! Loin du ski usine et prise de tête, loin de la frime des sports de glisse, plus proche de l’essence même du ski, la montagne elle-même !

Temple bassin

 C’est ici que la sélection naturelle du rider opère le mieux. En effet, pour rejoindre le pied des pistes, il faut marcher depuis le parking entre 45min et 1heure. Heureusement qu’ils ont tout de même eu la bonne idée d’installer une petite benne qui monte (juste) le matos au sommet. Mais Temple se mérite ! En haut, deux Lodges où il fait bon passer quelques nuits. Il y règne une ambiance entre « baba cool des montagnes » et gros freeride dans la nature. Nous faisons connaissance pour la 1ère fois avec les Rop Tow. Ces (souvent) uniques remontées mécaniques des skis fields NZ sont, en fait, de vieux moteurs de tracteurs qui entraînent une corde à laquelle on doit s’arrimer avec une espèce de casse noisette géant fixée sur un baudrier. Plutôt flippant les 1ères fois et compliqué à prendre mais on s’habitue vite d’autant plus que ça trace pas mal. Le problème c’est que ça fatigue souvent autant que les runs eux-mêmes. De plus, les Rop Tow sont friands de gants (notamment les neufs ;)). Là-haut, pas de dameuse, ni de piste. Nous avons la montagne entière à disposition avec, une fois de plus, les peaux pour varier les plaisirs… Et les plaisirs sont bons ici : grandes pales, petits couloirs, pentes raides, tout ça dans un relatif isolement. Il fait bon rider et prendre son temps là-haut… Difficile de faire plus roots, pourtant j’avais cru voir des crus bien roots en Europe de L’Est (notamment en Bulgarie).

nz8

RIMG0077

nz9

RIMG0089

Craigiburn

Ici la route monte presque jusqu’aux pieds des pistes. Mais quelle route ! Digne du salaire de la peur en camion… Mais le jeu en vaut la chandelle car, chose relativement rare en NZ, on est dans une forêt et même si on ne skie pas dedans (en général la forêt s’arrête là où commence la neige - vers 1200m -), ça fait du bien de voir quelques arbres. Le spot est énorme pour le freeride, une fois de plus il n’y a que des Rop Tow, pas de dameuse, ni de piste et un terrain de jeux fantastique… Un des meilleurs spots de NZ. Et bonne nouvelle, une grosse dépression est en train de nous arriver sur la gueule,  ce qui va occasionner une petite « waiting période » ! Ça tombe bien, les All Blacks jouent à Christchurch contre les Wallabies pour le Tri-Nation. Nous redescendons, donc, sur Christchurch et réussissons à toper des places quelques minutes avant le match. Nous avons la chance d’assister au Hakka surpuissant des Blacks et a une victoire quasi-écrasante des locaux sur leurs meilleurs ennemis (match qui serait pour nous l’égal d’une victoire du 15 de France sur le 15 de la Rose lors des VI Nations)…

RIMG0007 (2)

RIMG0043

RIMG0091 

 Broken River

La dépression a fait sont effet et nous a gentiment posé 40cm sur Broken. Là aussi la route est loin d’être aisée : cela nous vaudra un cassage de chaînes 200m avant le parking et un grand moment de solitude sur une piste enneigée avec une seule chaîne et en camion…. Heureusement la sympathie et l’amabilité des Kiwis toujours prêts à donner un coup de main nous permettent de vite sortir de cette galère. En France, j’aurais sûrement été le 1er à gueuler sur un touriste dans la galère qui me ralentirait un jour de peuf. Ça apprend à relativiser !!! Au menu, encore une fois Rop Tow et domaine Freeride magnifique : de la pente, de la powpow et en prime une super vue et une ambiance à la cool. De plus, comme il n’y a pas non plus 10 000 riders dans le coin et que tout le monde tourne sur les skis Fields, on commence à connaître pas mal de têtes et ça aide pour les petits « secrets spots ».

NZ1

RIMG0003

nz10

RIMG0017

Porters

Porters est un tout petit peu plus commercial que les autres Fields de l’Arthur Pass mais c’est la station la plus proche de Christchurch donc ça s’explique. Il n’y a pas de Rop Tow ici mais des TK Arbalète qui offrent de belles pentes à dévorer. La veille nous étions à Broken car Porters était fermé. Nous avons de la chance car il est tombé ici pas loin de 70cm, un peu venté mais on prend quand même. On peut enchaîner à bloc sur Bluff (face la plus raide de NZ) et Big Mama 720m de déniv (la plus longue). Pendant ce temps là, les équipes de jeunes Nippon en stage ici affinent leurs virages coupés entre les piquets pour la prochaine saison.

Mt Chessman : il reste un peu moins intéressant que les autres.

Quant à Mt Olympus, nous n’auront pas la chance de pouvoir y aller : la (longue) route était fermée. Dommage,  apparemment le spot est génial pour le freeride avec une ambiance à la cool.

L’Arthur Pass est vraiment un endroit à part dans le monde du ski, loin des usines à fric des Alpes ou des Pyrénées qui débitent des milliers de skieurs à l’heure. Ici c’est cool, détendu, on prend le temps de vous parler pour savoir d’où vous venez, bref de faire connaissance, de partager quelques virages ensemble. L’équipement est, certes, en désuétude mais il laisse plus de place à la nature et à la montagne et c’est ce que l’on vient chercher quand on part à l’autre bout du monde : de la bonne neige mais surtout du dépaysement ! Nous quittons avec un petit pincement au cœur l’Arthur Pass : on y a eu de grosses conditions, nous sommes fait pas mal d’amis là-haut mais surtout l’endroit est ensorcelant.

RIMG0057

RIMG0036

Hammer Spring et Mont Lyford

Quand on arrive à Mt Lyford, la station est fermée depuis deux jours car il est tombé un mètre de neige. Tout bon. Le lendemain matin, on commence à attaquer la longue route qui monte au ski field mais on laisse vite le camion sur le bas côté pour se faire prendre tout de suite en stop par de gentils Kiwis. Je croyais avoir vu des routes pourries dans l’Arthur Pass mais ici c’est encore pire, digne des meilleures manches de rallye WRC. En effet, il valait mieux laisser le camion dans l’optique de récupérer la caution à la fin du séjour ! Juste avant le parking, un bus ne passe pas loin de renverser tout son chargement dans le ravin et il faut l’aide d’une dameuse pour venir le tracter. Le directeur de la station viendra d’ailleurs en personne nous tracter avec son 4*4 (équipé de 4 chaînes, oui oui !!!) car on n’arrive pas à franchir les derniers mètres qui nous séparent du parking. J’ai du mal à imaginer le directeur de la Mongie venir véhiculer en personne les touristes pour monter rider !!! S’en suivra encore une superbe journée de ride dans un cadre magnifique avec un bon vieux rop tow à vous couper les jambes et les bras mais qui ouvre de superbes faces longues et pentues.

Hammer spring est un peu moins intéressant avec une route toute aussi pourrie.

nz11

nz12

RIMG0056

RIMG0129

C’est notre dernier jour de ride sur l’Île du Sud. On s’apprête à rejoindre Picton pour prendre le ferry en partance pour l’Île du Nord. Avant, nous faisons halte à Kaikoura, une sympathique ville du Pacifique où l’on a une vue splendide sur les montagnes enneigées et l’océan… Nous avons même la chance de pouvoir observer des colonies d’Otaries et également de superbes line up à surfer. Mais nous ne sommes pas là pour ça, alors direction L’Île du Nord.

Nous remontons vers le Volcan Taranaki et le ski field de Manganui où nous n’aurons malheursement pas la chance de pouvoir skier tant le temps est dégueulasse et s’installe durablement. Pas grave, nous en profitons pour faire un peu de tourisme et pour prendre la Forgeth world Road qui traverse le bush et des paysages sauvages remarquables. Nous finissons par nous relaxer dans des « thermal pool » (piscines thermales). Île volcanique oblige, il y a des piscines naturelles d’eau chaude partout… Nous visitons également pas mal de sites volcaniques intéressants et comme à chaque fois on en prend plein la vue.

RIMG0020

RIMG0049

RIMG0061

RIMG0059

Mt Ruapehu (Wakapapa, Turoa et Tukino)

Le mauvais temps nous suit avec beaucoup de pluie jusqu’en altitude et du vent. Nous aurons tout juste le temps de skier sur les pentes du Mont Ruapehu à Wakapapa et Turoa, les deux plus grandes stations de NZ, qui ont tout des stations européennes (même la route est en goudron !). Nous n’en garderons pas un souvenir impérissable car, par la force des choses, nous n’avons pas pu jouir de la vue soit disant fantastique sur les volcans environnants et qui ont servi de décor au Seigneur des Anneaux. Apparemment, dans ce coin, la météo est très capricieuse et très changeante, il est difficile de trouver de bonnes grosses journées de freeride. Le créneau est très dur à avoir pour des touristes de passage comme nous.

Nous profitons de nos derniers jours en NZ en remontant vers Auckland pour visiter encore quelques sites volcaniques, prendre quelques bains d’eau chaude et faire un passage par Raglan, LE spot surf de NZ.

Nous avons découvert un fantastique pays aux antipodes de la France sur tellement de points. C’est le pays des contrastes où la nature règne, les paysages varient à l’infini et surprennent : volcans aux sommets enneigés,  lacs  turquoises, plateaux verdoyants nourrissant les 43 millions de moutons du pays, plages de sable blanc, noir ou doré, geysers impressionnants, forêts tropicales et primitives abritant le chétif Kiwi… C’est aussi la patrie d’un peuple extrêmement accueillant, serviable et très attachant. Et que dire du ski, se faire tracter par de vieux moteurs Ford sur des mètres de dénivelés, skier sur des faces Sud gavées de poudre en prenant le temps d’admirer des lacs aussi grands que magnifiques…

Bref un voyage aussi lointain qu’indispensable pour un amoureux de freeride, de nature et de dépaysement.

RIMG0004

RIMG0006

RIMG0007 (3)

RIMG0012

RIMG0016

RIMG0016 (2)

RIMG0018

RIMG0023

RIMG0027

RIMG0037

RIMG0081

RIMG0057 - Copie

RIMG0086

RIMG0100

RIMG0118nz13

Publié dans Trips-Spots-Balades

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian CAU 04/12/2010 14:12


Beau voyage aux antipodes. Profitez bien de l'hiver ici aussi; Il neige fort à Paris. En janvier je vais skier en... öestereich.
Que ça roule bien pour vous et surtout pour Aurélie (J-?)
Amitiés
Christian CAU


BAsset robin 27/10/2010 19:04


pourriez-vous me donner un mail ou un numero de telephone je rêve d'aller en NZ depuis toujours et je pense faire se ski trip d'ici peu . j'aimerai quelque info utile que vous pourriez surment me
donner


guillaume 25/11/2010 07:58



Je vous repond par mai



Sylvio 27/09/2010 07:58


Superbe!
Dommage on aurait pu se croiser!! On était au match aussi.....