[Livre] Mourir à Chamonix

Publié le par guillaume

 Titre : Mourir à Chamonixhttp://www.glenatlivres.com/images/albums/9782723454568/9782723454568-L.jpg

Auteur : Yves Ballu

Editeur : Glenat

ISBN : 9782723454568

Prix général : 14.95€

 

 Critique :

 

À Chamonix, les morts violentes ne se produisent pas toujours en montagne. Et quand bien même un alpiniste se tue en paroi, la montagne n'est pas toujours coupable. Là-haut, les sentiments sont exacerbés, et les personnalités marquées prennent un relief parfois inquiétant. À Chamonix, la montagne tue. On le sait tellement, qu'elle est vite désignée lorsqu'un alpiniste tombe. Pourtant, tout le monde n'a pas la conscience tranquille : qu'ils aient porté le coup fatal ou qu'ils aient été lâches, certains redoutent l' oeil accusateur du mont Blanc au-dessus des tombes. D'autres, l'esprit pas plus en paix, se lancent vers les sommets en justiciers. À vouloir percer les mystères de la vallée ou conquérir les dernières parois inviolées, les idéalistes risquent de se brûler les ailes. À Chamonix, dans les années soixante, une société hétéroclite se côtoie et s'affronte : guides ancrés dans leurs traditions, jeunes grimpeurs arrogants, notables frileux, touristes pathétiques, journalistes avides de sensationnel, aventuriers, commerçants couvant la poule aux oeufs d'or, braves gens indolents. Un jeune inconscient va donner un coup de pied dans la fourmilière. Il s'est mis en tête de découvrir la vérité sur la mort de son père, douze ans plus tôt. Mais c'est avec lui-même qu'il a rendez-vous au fond d'une crevasse. Un thriller plein de suspense et de rebondissements dont l'action se déroule dans cette vallée si particulière de Chamonix qui fascine des centaines de milliers de visiteurs chaque année.


Yves Ballu est passionné par la montagne et son histoire. Il a donc écrit de nombreux livres érudits, remarquablement documentés - et passionnants ("Les Alpinistes", "Naufrage au Mont Blanc", "Le Mont Blanc", et d'autres), mais c'est la première fois qu'il nous offre un roman, policier de surcroit.

L'histoire se passe à Chamonix, à la fin des années 60. Les protagonistes sont imaginaires, mais fortement inspirés de personnages réels. Certains se reconnaissent facilement, d'ailleurs.


Au milieu de la nuit, un passant est renversé par une voiture, conduite par un homme saôul accompagné d'un guide. La voiture s'enfuit. Le blessé meurt. Quelques jours plus tard, une cordée composée d'un guide et d'un fort grimpeur s'attaque à la Face Sud de l'Aiguille du Midi, encore invaincue. Du haut de l'Aiguille, un mystérieux photographe leur jette des pierres : le guide est blessé et devient amnésique, et son compagnon tombe dans une crevasse, où son corps n'est jamais retrouvé.

Quelques années plus tard, arrive à Chamonix un jeune homme, fort beau, très cultivé, et grand amateur de musique classique. Il enquête sur la mort de l'alpiniste de l'Aiguille du Midi, ce qui rend quelques individus très nerveux... Une charmante (et jeune !) journaliste s'intéresse également à cette histoire... Ses amis, qui font partie de cette faune anglophone de grimpeurs iconoclastes et très doués, sont engagés dans une lutte sans merci avec les guides de la vallée pour conquérir la Face Ouest des Drus, où Guido Magnone et ses amis n'étaient pas encore passés.

Le livre est épais (478 pages). La présentation est originale : des chapitres très courts, des instantanés dont chacun révèle un angle de l'histoire : dialogues, lettres, récits... Le style est vif (peut-être certains passages reproduisant un enregistrement sur cassette sont-ils un peu longs ?) : le livre se lit d'une traite.

J'ai passé un excellent moment à lire ce récit, et j'espère que l'auteur nous en proposera d'autres !

Les auteurs qui ont cherché à parler de la montagne ont souvent beaucoup de mal à raconter autre chose que des récits de passages plus ou moins acrobatiques. Les alpinistes anglais du XIXème siècle découvraient des paysages et des sensations nouvelles, et on leur pardonne de nous les avoir décrit en détails, d'autant qu'ils savaient nous faire partager leur plaisir. Mais décrire maintenant une voie connue fait un peu réchauffé. J'ai souvent été très déçu des romans (policiers ou autres) : soit la montagne n'est qu'un cadre, soit elle est décrite par un auteur qui n'en a qu'une connaissance superficielle, et les récits ne sont pas vraisemblables. Les oeuvres de fiction dont la montagne est l'un des personnages principaux sont rares, ce qui donne d'autant plus de valeur à ce livre

 

Commenter cet article